Chant de stade

Chant de stade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, Rechercher

Le chant de stade est un chant, le plus souvent répétitif, interprété lors d'une rencontre sportive par les spectateurs, généralement en football et rugby.

Histoire[modifier]

Les supporters chantent dans les travées des stades depuis l'antiquité. Le plus fameux de ces chants était le « Nika ! Nika ! » (gagne ! gagne !) que le public de courses de chars de l'empire romain entonnait à l'occasion des dernières lignes droites.

Aujourd'hui, la pratique de chants dans les stades s'est très largement répandue, d'Écosse en Afrique du Sud, du Chili au Japon. De même, le football et le rugby, jadis seuls sports à profiter de cette pratique, ont rapidement été rejoints par de nombreux sports. Basket-ball (surtout en Europe et Amérique du Sud), hockey sur glace (surtout en Europe) et autres handball (Europe) possèdent à présent des cohortes de supporters chantants.

Catégories de chants[modifier]

Les chants de stade ne constituent pas souvent d'authentiques chansons, leur durée excédant rarement la minute. Il convient ainsi de distinguer dans un premier temps les slogans chantés et les chants. Certains slogans se résument à quelques mots qui tournent en boucle. Il existe une infinité de ces slogans qui naissent et meurent au gré des matches. Certains perdurent toutefois : « Allez les Bleus », par exemple.

Parmi les chants, il convient là encore de dégager deux groupes bien distincts : les détournement de chansons existantes et les créations pures. Généralement, les supporters préfèrent adapter un thème connu et y coller des paroles maisons. C'est notamment le cas des supporters du RC Lens ou de la Juventus qui ont détourné « la Marseillaise ». Les reprises intégrales existent également ; l'emblématique « You'll never walk alone » des supporters du Liverpool FC est ainsi une reprise d'un tube des années 1960 de Gerry and the Pacemakers. En matière de création pure, on signalera le tube de l'AS Saint-Étienne des années 1970 : « Qui c'est les plus forts ? Évidemment c'est les Verts... ».

L'ensemble des chants et slogans peut également être scindé en deux groupes : les chants d'encouragement pour ses couleurs et ceux destinés à déstabiliser l'adversaire, l'arbitre ou les forces de l'ordre. Le « chambrage » étant une composante essentielle du sport moderne, il apparaît logique de voir fleurir, très tôt, des chants moqueurs envers l'adversaire. On citera ici pour l'exemple le « Cuits, cuits, cuits, les Canaris sont cuits » des années 1970 destiné au Canaris du FC Nantes. Parmi les chants dits de chambrage, signalons les détournements de chants adverses. Le jeu consiste à conserver le thème musical d'un chant adverse et d'en modifier les paroles. Les supporters du Paris Saint-Germain sont les experts de ce domaine, et nombre de chants marseillais possèdent leur version PSG. Une oreille peu avertie pourrait penser que les supporters du PSG chantent des chants marseillais ; évidemment, ce n'est pas vraiment le cas... Parmi les chants de chambrage les plus communs, on citera "qui ne saute pas est x..." et également « et ils sont où les x ? ».

Le Rugby à XV possède également quelques chants fameux, mais ces derniers se limitent le plus souvent à une sorte d'hymne unique attachée à une équipe nationale britannique ; exemple : « Swing Low, Sweet chariot » à Twickenham.

31 votes. Moyenne 0.50 sur 5.


Visitor Map
Create your own visitor map!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site