Ultras (supporters)

Les Ultras constituent principalement une catégorie de supporters de football bien qu'il soient également présents de maniére plus réduite en basket-ball, handball, hockey sur glace, rugby et virtuellement peuvent l'être dans tout sport collectif. Le but d'un groupe ultra est le soutien inconditionnel de son équipe favorite. Ce soutien s'organise autour de plusieurs axes : Les tifos, les chants et les déplacements. A la différence des autres groupes de supporter, un groupe ultra s'organise en une structure indépendante à l'égard de son club et parfois aussi à l'égard de la société.

commons:Accueil

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur Ultras.

 

Historique[modifier]

Le mouvement ultra naît au Brésil dès les années 1940 avec la mise en place de Torcida. Ces groupes de supporters n'ont rien à voir avec les organisations existantes jusque-là au Brésil comme ailleurs. Le mouvement ultra débarque en Europe via la Yougoslavie d'alors, ou plutôt la Croatie. Les actualités cinématographiques yougoslaves diffusent des images de la Coupe du monde de football de 1950, avec de nombreux plans de foules exubérantes : les Torcida. Les supporters de l'Hajduk Split sont les premiers Européens à adopter cette attitude dès le 28 octobre1950 à l'occasion d'un match contre l'Étoile Rouge de Belgrade. Ce premier groupe ultra européen prend pour nom : Torcida. L'intensité de la partie face au grand rival et le but victorieux inscrit à la 87e minute aide à la naissance du mouvement. Les Ultras envahissent le terrain au coup de sifflet final, et portent en triomphe le buteur jusqu'au centre de la ville. Les « exploits » des Ultras de l'Hajduk Split marquent les années 1950 et années 1960.

Les clubs italiens découvrent les us et coutumes ultras dans les années 1960 via les Ultras de l'Hajduk Split. Nombre de groupes se constituent en Italie dès la fin des années 1960.(Parmi les premiers groupes italien on retrouve les Ultras Tito Cucchiaroni de la Sampdoria de Gênes et les Fedelissimi Granata du Torino)

Le mouvement ultra atteint la France au milieu des années 1980. Le premier groupe ultra en France est le Commando Ultra de l'Olympique de Marseille fondé en 1984. Viennent ensuite les Boulogne Boys du Paris Saint-Germain Football Club et la Brigade Sud Nice de l'OGC Nice tous les deux fondés en 1985. Cette forme de supporters laisse froid les îles britanniques dont les supporters préfèrent avoir une relation directe et personnelle avec « leur » club plutôt que de passer par un groupe de supporters. C'est la base même du conflit qui oppose l'école dite italienne (Ultras) et l'école dite britannique.

Les groupes ultras sont théoriquement financièrement indépendants du club qu'ils soutiennent. Ils s'autofinancent par différents moyens, chaque groupe ayant son style de financement. Parmi ces moyens on trouve les déplacements pour suivre le club à l'extérieur au cours desquels nourriture et boissons peuvent être vendues, des quêtes en tribune, la vente de gadgets portant le nom du groupe ou de la ville, la vente d'un fanzine édité par le groupe, etc... Cependant, des dérives mercantiles existent lorsqu'un groupe produit des gadgets en très grande quantité pour les vendre à un maximum de personne, même extérieures au groupe. Les Irreducibilli (Lazio de Rome, Italie) possèdent même plusieurs boutiques officielles où ils vendent billets et materiels divers. Une partie de la mouvance Ultra estime que ces groupes s'éloignent de la mentalité originelle et de l'opposition au "Foot Buisness"

En plus de ça, certains groupes obtiennent des subventions directes des clubs, ou parviennent à détourner d'importants flux financiers en prenant en charge, par exemple, la commercialisation des abonnements comme à Marseille.

Les ultras des différents groupes de l'hexagone se concertent actuellement pour mettre en place des actions communes et aboutir à une marche en 2007 afin de dénoncer l'amalgame entre ultras et hooligan, mais aussi pour défendre l'idée de tribunes animées autour d'un football plus populaire.Et à l'initiative des Boulogne Boys 1985 groupe parisien, s'est créé le CNS, Comité National des Supporters, et la première action de cette union est la présence d'une banderole "Supporter "tel club" n'est pas un crime", les Boulogne Boys groupe phare du mouvement ultras français n'ont malheureusement pas réussis à faire consensus et certains grands groupes n'ont pas voulu rejoindre ce mouvement pour des raisons peu claires, sans doute une question de leadership

 

7 votes. Moyenne 0.50 sur 5.


Visitor Map
Create your own visitor map!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site